Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Météo

 

Archives

Publié par Martine

L'histoire

Deux personnes (les deux narrateurs) vivent dans un seul corps. L'un est un jeune garçon surdoué épileptique introverti et l'autre (la vénule) cynique et pervers qui prend plaisir à prendre le contrôle de son autre pendant ses crises d'absence avec la ferme volonté de le détruire petit à petit et de l'anéantir.  Y parviendra t'il ?

 

couverture_la_venule.jpg

 

 

Les premières lignes du roman (c'est la vénule qui se confie) :


Je suis né dans l'absence, bercé de vide intérieur. Mon premier cri s'est étouffé dans la moiteur aseptisée d'une salle de travail. Il parait que la Mère m'a craché dignement avant de se remettre sur le côté et de s'endormir enfin, délivrée de ce fâcheux qui lui obstruait la joie d'exister. Elle n'a su mon sexe que le lendemain. Quand il a fallu me changer. Car m'échanger n'était plus possible. Alors elle s'est résignée à accepter ce crie-la-graille au visage fripé et au cul de singe rougi par les irritations.

 

 

Mon avis :

 

Ce roman m'a captivé car le suspens est croissant comme dans un roman policier, même si ce livre n'en est pas un. Écriture agile et rapide et l'alternance des vécus des deux narrateurs (difficile à réaliser) est bien faite, avec un style d'écriture et un vocabulaire différents en fonction du narrateur : très soigné pour le jeune garçon, classique et très abrupt pour la vénule. Malgré le côté noir, j'ai souri et ri à haute voix aussi, dans la salle d'attente d'un cabinet médical.  
Ce roman aurait pu n'être qu'une histoire de plus sur le mythe du Dr Jekyll et Mr Hyde. Bien au contraire, il va au-delà, ce qui est très perturbant pour le lecteur mais le pousse à la réflexion.
Après la dernière page tournée (quelle conclusion !), je n'ai pu l'oublier et passer au suivant. Ce livre a continué à me hanter, ce qui m'a incitée à poursuivre ma réflexion.
Avons-nous tous un Mr Hyde en nous ou au contraire sommes nous des Mr Hyde ayant un Dr Jekyll qui ressort de temps en temps, poussé par les conventions moralisantes qui fixent le bien et le mal ? Transmettons-nous à nos enfants notre histoire ?
Je n'ai pas encore trouvé la réponse à la première question et je crois que je ne la trouverai pas, mais j'ai progressé dans ma réflexion. Merci Pierre.

Commenter cet article

luneval 19/10/2013 18:16


Merci, Martine !


Votre article est un prolongement du roman. Une véritable postface.


Et je m'en réjouis !


Bien à vous,


PL

Quichottine 19/10/2013 14:39


Ma PAL déborde, mais je le note...


Merci pour cette invitation à la lecture, Martine.


Bises et douce journée.

..... 19/10/2013 11:58


bien de lire... !!! bon samedi Martine

Jean 19/10/2013 10:04


Oui, bonne réflexion... pas sûr d'avoir la réponse...


Amicalement


Jean