Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Météo

 

Archives

Publié par Martine

74 803 jours
Exposition personnelle d’Hicham Berrada
du 8 octobre 2017 au 22 avril 2018
à l’abbaye de Maubuisson à Saint-Ouen-L'Aumône (avenue Richard de Tour)

Artiste-laborantin,Hicham Berrada développe une pratique qui englobe l’installation, la performance et la vidéo. Ses créations s’appuient sur des connaissances en sciences (chimie, physique des fluides, nanosciences, etc.). Hicham Berrada associe intuition et connaissance, science et poésie. Il met en scène les changements et les métamorphoses d’une « nature » activée, chimiquement ou mécaniquement.
Du laboratoire à l’atelier, de l’expérience chimique à la performance, l’artiste explore dans ses oeuvres des protocoles scientifiques qui imitent au plus près différents processus naturels et/ou conditions climatiques. Dans des béchers ou des aquariums, il manipule des métaux, des produits acides et des molécules, joue avec la température et le temps pour faire naître chimiquement des paysages en mouvement. Tel un régisseur d’énergies, il élabore ses oeuvres en choisissant
une série de règles et de conditions pour établir un protocole provocant dans ses tableaux vivants des phénomènes tels que des excroissances, effervescences, variations chromatiques, etc. Son travail transporte le visiteur dans un monde à la fois vivant et inerte, proposant de réfléchir sur la nature, la matière et le temps

Hicham Berrada, sculpture, prototype

Hicham Berrada, sculpture, prototype

Dans les installations d’Hicham Berrada, les forces élémentaires, toujours saisissantes de la nature, s’activent devant le spectateur. Lors de ces expériences, il fait naître des paysages vivants, des environnements évolutifs, à l’image des montagnes et des forêts qui s’animent avec le temps et selon les saisons. L’artiste souhaite montrer une nature qui n’est pas figée, en opposition aux peintures de l’histoire de l’art qui dans leurs tableaux choisissent de fixer un instant donné.
Les oeuvres d’Hicham Berrada naissent d’une conception de l’art associée aux avancées scientifiques.
Dans sa quête, l’artiste recherche ce moment de dévoilement où l’invisible prend forme devant nos yeux.

 

Pour son exposition à l’abbaye de Maubuisson, Hicham Berrada propose trois pièces inédites, une vidéo et une performance réalisée à l’occasion de « Nuit Blanche » (samedi 7 octobre 2017 de 19h à minuit). Les matériaux qu’il utilise pour l’exposition sont présents dans la nature : lumière, eau, terre… L’artiste joue avec ces éléments naturels et les lois qui en découlent. Hicham Berrada provoque la nature et la détourne de ses habitudes : « j’aide la nature à accomplir des choses qu’elle sait faire, mais qu’elle fait rarement ». Dans l’aquarium présenté dans la salle du chapitre, ou lors de ses performances filmées, il orchestre, agence et transmute les énergies pour créer une situation, des rencontres entre les éléments ou encore accélérer les effets du temps et de l’entropie.
 

Hicham Berrada présente une nature toujours en action : dans la salle des religieuses, son installation lumineuse présente la course du soleil sur les vitraux, tandis que dans l’aquarium de la salle du chapitre, les sculptures en bronze transmutent et se transforment sous l’effet de l’électrolyse.

Dans la salle du parloir, le liquide ruisselle, l’olivier se repose pour l’hiver et le safran diffuse son odeur. Ce jardin à l’image du paradis tente de reconstituer un environnement naturel. Dans l’art islamique, dont s’inspire le jardin, la représentation de la nature se fait à l’aide d’ornements végétaux aux formes abstraites, géométriques et stylisées, créant un rythme ininterrompu et une végétation irréaliste.
Toute création de sa part est un réagencement. Il révèle la poésie des éléments et propose ainsi l’émerveillement à l’instar des trois nouvelles installations qu’il a pensées pour les espaces de l’abbaye de Maubuisson dans laquelle la question du temps est centrale. Celle-ci fait sens dans un ancien monastère où le temps devait s’égrener, se diluant et s’étirant. « Mon rapport à la peinture classique est lié à la notion de temps : les « collines » et les « forêts » de mes tableaux évoluent,
grandissent, se meurent sur plusieurs heures, jours, années ». Le temps est une force indomptable et incontrôlable avec laquelle Hicham Berrada tente ici d’interagir. Ces questions de l’épreuve du temps et de la conservation fascinent l’artiste qui s’en veut ici le catalyseur.

 

BIOGRAPHIE


Né en 1986 à Casablanca au Maroc, d’une mère biologiste et d’un père pharmacien, Hicham Berrada s’intéresse d’abord aux sciences. En 2011, il est diplômé de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Mêlant art et sciences, Hicham Berrada expérimente les nouvelles technologies et les différents processus naturels lors de ses résidences au Studio national des arts contemporains Le Fresnoy de Tourcoing (2011-2013) et à la Villa Médicis à Rome (2013-2014).


Son travail a été présenté dans le cadre de nombreuses expositions personnelles et collectives : au MAC VAL, au CENTQUATRE, au Palais de Tokyo, au Fresnoy – Studio national des arts contemporains, au PS1 à New York, à El parqueadero, MAMU de Bogotá, ainsi que lors de biennales : Biennale de Lyon, BIM – Biennale de l’Image en Mouvement à Genève et Biennale de Yinchuan en Chine.


Hicham Berrada vit et travaille à Paris. Il est représenté par les galeries : kamel mennour (Paris/London), Wentrup (Berlin, Allemagne) et Cultures Interface (Casablanca, Maroc).
Dossier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

covix 04/09/2017 22:00

Cela doit être intéressant et surprenant.
Bises

lyly 04/09/2017 05:33

super intéressant
bises amicales
lyly