Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Météo

 

Archives

Publié par Martine

Danièle Pichon à la galerie Dar à Pontoise

à La galerie DAR à Pontoise

12 Rue de la Pierre aux Poissons, 95000 Pontoise / Tel : 01 30 38 19 27

Du 7 mars au 16 avril

Carte blanche à Danièle Pichon

Artiste éclectique et curieuse, photographe, peintre et écrivain. Chaque oeuvre est accompagnée d'un texte sensible.

 

 

Danièle Pichon à la galerie Dar à Pontoise

Voici deux extraits des textes

De passage

Je suis juste de passage, un frémissement de l’air, un accident du réel, une égratignure du présent. Que je danse, que je pleure n’a guère d’importance puisque je suis vouée au néant. Je vais disparaître au détour du chemin, m’effacer du paysage. Je tomberai bientôt dans l’oubli le plus total aussi sûrement que si je n’étais jamais venue. Je pourrais ne pas être là. Je suis une intruse juste bonne à animer le paysage, à agacer la perspective. Ma présence n’altère pas la couleur des nuages, ne change rien au paysage. Mes joies, mes peines et mes sourires n’y changeront rien. Je suis juste assez grande pour passer avant de m’évanouir. Alors tant qu’à faire, je traverse le paysage, espiègle et tendre, riant de mon insignifiance en regardant l’horizon. Je ne veux rien, rien d’autre que le droit d’admirer des paysages en passant. Regarder des paysages, laisser d’autres passants chatouiller ma perspective et voir scintiller leurs sourires avant de partir.

Rue de la Pierre aux Poissons

Au pied de Saint Maclou, les rues dégringolent, la place part en cascade. Elle descend dru, change de nom et devient sage.

Rue de la Pierre aux Poissons, c’est un goulot d’étranglement où l’eau coule en ruisseau les jours de pluie, un passage d’ombre au chevet de l’église.

Rue de la Pierre aux Poissons, c’est une adresse pleine d’odeurs et de cris. Sur les pavés souffle un air de marée. On y flâne comme au temps des cathédrales en attendant matines.

Rue le la Pierre aux Poissons, des modillons regardent goguenards, passer les manants. Les jours de marché, on s’y croise un panier d’osier gourmand au bras.

Rue de la Pierre aux Poissons, s’est ouvert une drôle de boutique. On y vend du temps pour soi. On barbote, on crayonne. C’est religieux, c’est joyeux. Derrière le paravent, on dessine des messieurs et des dames en tenue de paradis. Le corps en majesté, ils pausent en toute simplicité. Dans le passage, on voit des dames de charité qui trottinent et s’indignent le sourcil en accent circonflexe. Ce n’est pas chrétien de dessiner des seins près d’un lieu saint.

Rue de la Pierre aux Poissons, il y a Claude et Laurent, Ludmilla, Gérald et les autres. On rit, on se fait chaud. Chaque lundi, lorsque les rues se vident, on se serre dans l’arrière boutique pour croquer des nus. La séance terminée, on se dit au revoir dans le noir. On sort du passage. La place s’étale toute pentue, elle descend dru. On s’éparpille dans la nuit.

Danièle Pichon à la galerie Dar à Pontoise

Plan d'accès Galerie Dar

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article