Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Météo

 

Archives

Publié par Martine

Soutien à l'Apostrophe Scène Nationale  de Cergy-Pontoise

La Scène nationale de Cergy-Pontoise est une institution de la décentralisation dramatique, issue de l’ère Malraux qui a initié un mouvement national de soutien à des initiatives publiques pour promouvoir dans des théâtres l’art vivant et la culture contemporaine.

L’apostrophe bénéficie à ce titre d’un pluri financement de la Communauté d’agglomération, du ministère de la Culture, du Conseil général du Val d’Oise et de la Région Ile de France qui lui permet de vous offrir une saison de spectacles français et étrangers parmi les meilleurs et de développer de fortes relations inscrites dans la durée entre les artistes et tous les publics de son territoire.

Près de soixante titres par an, 111 représentations en moyenne, 7 à 8 créations, de multiples actions en direction des jeunes et des scolaires, voilà le visage de la Scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise qui, avec une équipe de 30 professionnels, a reçu en 2014 plus de 40 000 spectateurs dont près de 10 000 au titre de l’action culturelle de proximité.

CETTE ACTION EST MENACÉE PAR DES BAISSES DE CRÉDITS

A la simple reconduction des subventions de fonctionnement de l’État et de la Région depuis dix ans vient aujourd’hui s’ajouter la menace d’une réduction des dotations de la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise et du Conseil général du Val d’Oise pouvant faire perdre plus de 150 000 € à la structure sur l’exercice 2015.

 

LIRE LA SUITE et téléchargez le courrier, à déposer à nos accueils ou bien à nous renvoyer signé à "L'apostrophe scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d'Oise BP 60307 95027 CERGY-PONTOISE CEDEX"


 

 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Quichottine 04/04/2015 18:41

Merci pour l'info et le lien.

Ils ne donnent pas le montant total du budget dont ils disposaient et l'on ne peut donc pas se rendre compte du manque à gagner réel.

150 mille euros, c'est beaucoup dans l'absolu.
En tout cas, la baisse des subventions est générale... hélas !

Comment faire autrement quand on n'en a plus les moyens ?

Augmenter encore les impôts alors que les salaires et pensions sont gelés depuis déjà longtemps ?

Je ne sais pas...
Douce et belle soirée Martine. Bisous.