Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Météo

 

Archives

Publié par Martine

En mai 2015 à l'Apostrophe de Cergy-Pontoise

Une fin de saison et un théâtre, éminemment impliqués !
 
Il s’agit d’un mois de mai qui commence par une rencontre fascinante entre deux grands noms du théâtre que sont Matthias Langhoff et Michel Deutsch avec « Cinéma Apollo » pour ses uniques dates en Ile de France les 5 et 6 mai, qui s’ensuit en musique avec la dernière création de notre artiste en résidence Jazz Pierre de Bethmann, « Pour suite », mardi 12 mai, qui avec ses nouveaux mélanges de sons et de claviers, ses échanges en toute complicité, explore de nouvelles formes rythmiques, harmoniques et mélodiques, et se clot et ainsi termine la saison de la scène nationale avec son temps fort « Théâtre et Politique » du 11 au 30 mai.
 
Accent grave - bien que pas toujours sérieux - et dynamique dans la programmation, Théâtre & Politique se consacre à mettre en lumière les voix citoyennes qui s’expriment à travers l’art et ses différents langages. Communauté d’existence, échos de l’Histoire, mutations d’aujourd’hui, cet événement interroge la vision des artistes et met l’accent sur la nécessité des échanges dans la société. Une manière vivante de renouer avec la fonction théâtrale.
Ancrés dans leur époque, ces spectacles, et les artistes qui les portent, revendiquent une liberté d’expression, inquiétée en ce début 2015, qui prend place et sens sur les plateaux du Théâtre et irrigue le territoire. Faisons confiance à Alain Platel (Coup fatal), Jean-Michel Rabeux (La petite soldate américaine), Suzanne Lebeau (Chaîne de montage) et David Bobée sur un texte de Victor Hugo (Lucrèce Borgia) qui, impliqués et militants, nous poussent à (ré)agir !
Vous pouvez retrouver plus de détails sur cette programmation en téléchargeant la plaquette Théâtre & Politique.

Commenter cet article

Martine 27/03/2015 06:52

Je leur souhaite d'avoir un large public.

Lorsque je pense à tous ces sketchs, la liberté de ton de bien des émissions au début des années 70, cela m’attriste ce recul manifeste de la liberté d'expression aujourd'hui.
Bise